Août 2016 – Amdo, l’Amnye Machen

On entame notre dernière semaine chinoise dans un lieu mythique : l’Amnye Machen ! Nous devrons dépasser l’indignation de voir ce lieu sacré massacré par les infrastructures en cours de développement, avant de poursuivre notre route jusqu’à Machen.

J22 de Tawo Zholma (Xiadawu) à Chuwarna (Xueshan)

Après la déconvenue de la veille, nous nous levons avec un brin de soleil. On n’est toujours pas dans le glamour mais l’environnement est déjà plus rieur.

Xiadawu

Les chiens restent agressifs mais un peu moins qu’hier, on fait quelques emplettes en ville pour petit déjeuner en chemin et direction Guri Gompa à pieds par la route secondaire.

Le paysage est splendide, si seulement l’autoroute sur pilotis ne s’imposait pas dans toute sa longueur. On devine d’autres constructions en cours qui n’augurent rien de bon… Complexe touristique, poste de police, que sais-je.. 

Lorsque l’on arrive au pied du village qui abrite le monastère, deux chiens accourent vers nous, aboyant. Il ne m’en faut pas plus pour rebrousser chemin. Un peu trop fatiguée pour surmonter ma peur, c’est irrécupérable, les chiens le sentent. Je décide de rester en contrebas, Nils part en exploration et trouve un moine qui acceptera de m’escorter et qui plus est nous ouvrira les portes d’un petit temple abritant les reliques d’un grand maître dzogchen.

Guri Gompa

On repart à pieds par le même chemin vers Tawo Zholma (Xiadawu), un déjeuner à la cantine habituelle et c’est reparti pour le stop direction Xueshan. Notre destination en intrigue plus d’un (il semble exister plusieurs Xueshan…) mais il n’y a qu’un seule route alors on peut monter dans n’importe quelle voiture tant qu’elle va dans la bonne direction !

Peu de véhicules font le trajet. On avance de voiture de chantier en voiture de chantier et découvrons l’ampleur des travaux (ou devrions dire des dégâts…).

Le bitume devient bourbier et le ciel bleu, pluie de grêle. Un temps d’apocalypse quand on arrive au col, au plus près de l’Amnye Machen !

Amnye Machen

On nous dépose peu après le col. On profite du paysage tout en guettant la pluie qui menace, et soulagés, nous montons dans une nouvelle voiture alors que l’averse reprend.

Amnye Machen

On guette en prévision du lendemain, l’hypothétique bifurcation dont nous avions lu sur un blog qu’elle pouvait mener à une belle randonnée. Mais les grands travaux semblent avoir tout chamboulé.

Amnye Machen

 On finit par se faire déposer à l’embranchement vers Xueshan, village au milieu des travaux, en contrebas de l’autoroute.

On arrive sous la pluie et l’on atterit dans un dortoir de pélerins, une grande pièce remplie de banquettes en guise de lit. Un sceau récupère l’eau qui goutte du plafond.

La fille de notre hôte nous prend en main pour une visite en bonne et due forme du village et de la petite kora du monastère.

On dîne dans la gargote du village et de retour à notre maison du soir, trouvons 3 jeunes tibétains en cours de pélerinage. Ils ont fait le trajet depuis Tawo Zholma (Xiadawu) à pieds dans la journée. Respect !

J23 de Chuwarna (Xueshan) à Machen

Malgré un environnement peu rieur, on décide de faire quand même une balade : nous sommes sur la kora de l’Amnye Machen (enfin, ce qu’il en reste…) alors tentons d’en parcourir un bout !

On marche un peu sur la route qui suit le tracé de l’autoroute jusqu’à un embranchement avec une piste. On tente notre chance dans cette vallée secondaire et l’environnement devient assez charmant. L’autoroute sort de notre champ de vision, des yaks paissent tranquillement à flanc de montagne, nous passons un petit ermitage arrivons sur une clairière où habite manifestement une famille. On nous met en garde contre les chiens sur la suite du chemin alors on fait tranquillement demi tour. 

A la route « principale », on reprend le stop et finissons à bord d’une voiture qui « ramasse les yaks ». C’est lent… mais plutôt sympa ! Après un déjeuner sur place, nous reprenons nos sacs direction Machen.

Pour éviter le long détour de la route, on grimpe à flanc de pente, guidés par le même jeune fille qu’hier. Elle doit nous emmener à un autre monastère mais nous sommes trop lents pour elle et elle finit par nous indiquer vaguement la direction.

Sur le bas côté de l’autoroute déserte, pause pastèque avec une famille de pèlerins 🙂 . Le temps de la déguster, je fais faire un petit tour au complexe en contrehaut… Pas glamour glamour, on devine quelque ermitages plus loin, juste en surplomb de l’autoroute… petit serrement au coeur…
Puis le stop reprend, on se tasse dans un minivan avec nos pourvoyeurs de pastèque qui vont jusqu’à Machen. L’autoroute quasi neuve se déroule sous nos roues quand nous arrivons à un petit embouteillage : des tas de graviers coupent la route. Le conducteur de la tractopelle semble être parti en vadrouille et aucun des ouvriers chinois ne se préoccupe du fait que la route soit coupée… Après quelques moments d’errances, tout le monde décide d’aménager un passage alors on déblaie par-ci, on déblaie par là, on installe une petite rampe d’accélération et toutes les voitures passerons sans encombre, en mode rallye.

A Machen, on trouve un hôtel tout à fait confortable (avec salle de bain et eau chaude !) et un bon restaurant : repos et prélassement dans cette ville somme toute un peu triste…

Nota : Bientôt le site sera soumis à droit d’entrée avec plateformes d’observation et groupes de touristes chinois, si ce n’est déjà pas le cas pour cette année 2017. Il semblerait aussi qu’il y ait à présent une piste sur la partie Sud de la kora (avant il n’y avait qu’un sentier qui nécessitait un guide). De là à ce que le même type de travaux aient lieu il n’y a qu’un pas. 

Informations pratiques 

  • Logement à Chuwarna (Xueshan) : 30CNY/personne
  • hôtel à Machen 150 CNY la chambre double
  • quelques uns de nos repas

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *