Août 2016, Japon – Kyoto : Ginkakuji – Daimonji et Kibune-Kurama

Premiers jours à Kyoto, premiers temples japonais, premier onsen. Entre grands classiques et petites randonnées, basée dans une jolie maison traditionnelle, le charme continue à opérer !

J3 Kyoto – pavillon d’argent et Daimonji 

Je prends le temps et pars en bus direction le pavillon d’argent en fin de matinée.  
Objectif déjeuner à un restaurant d’udon aux critiques dithyrambiques. Manque de chance, il et fermé. Je me rabats donc sur un restaurant au thème « bear ». Pour vous aidez à comprendre une photo de la carte :

 

Culinairement pas renversant mais gros fou rire avec Nils en Skype 🙂

Puis direction le pavillon d’argent. J’y reste jusqu’à la fermeture, l’occasion de profiter brièvement d’un lieu quasi désert. L’ensemble est très équilibré. Je suis un peu déçue de ne pas pouvoir visiter les bâtiments mais la petite balade en hauteur est bienvenue et le soleil sortant de ses nuages vient apporter une chaleur dorée à l’ensemble. Le site n’est pas grandiose dans ses dimensions mais l’harmonie qui y règne, pour peu qu’on prenne le temps d’y porter attention, impose le respect. La dimension de chaque ouvrage, la taille de chaque branche, la position de chaque pierre semble mesurée avec soin. La nature est présente mais travaillée avec un raffinement subtil qui, je le constaterais chaque jour, semble imprégner toute la vie japonaise.

Pour la suite, le lonely parle d’une rando dans le coin avec une vue splendide sur Kyoto. Je décide de tenter ma chance pour le coucher du soleil. Les indications sont assez précises pour que je trouve le départ du chemin derrière  le parking sans soucis. Une petite hésitation car c’est désert mais un panneau indicatif avec une carte de la montagne me confirme que c’est la bonne direction.  Je cours un peu dans la montée, que dis-je, je gambade tel un cabri de racine en racine et de marche en marche (le tout légèrement en sueur, je vous rappelle nous sommes au Japon au mois d’août, heureusement j’ai un super nouveau débardeur qui fait éponge…).

 

Quelques japonais au point de vue, pas un occidental et franchement ça vaut l’effort !! Le ciel rougeoit magnifiquement et je reste jusqu’à ce que la ville s’illumine (je vous passerai l’épisode où je décide d’aller jusqu’au sommet sans connaitre la distance et fait demi tour au bout de 15mn pour éviter de rater complément le coucher du soleil…).

La descente se fait avec la lampe torche du téléphone  (prenez une frontale ce sera plus confortable !). Dîner un peu plus loin à une adresse coup de coeur du lonely mais le lieu est à la fois désert et trop touristique à mon goût. Retour en bus à la maison !

J4 aux alentours de Kyoto – de Kibune à Kurama

Destination nature pour aujourd’hui! Objectif la petite randonnée de Kibune à Kurama pour finir la journée dans un onsen 🙂

Minute culturelle : les onsen sont des bains de sources chaudes naturelles, en intérieur ou en extérieur dans la nature, très répandus au Japon.

Il me faut une petite heure pour atteindre Kibune. Je me régale déjà sur le trajet jusqu’à la gare  à travers le quartier de Gion et jusqu’au au bord du Kamo-gawa.

 Le trajet en train ne dépareille pas et c’est les yeux brillants que Je traverse les faubourgs kyotoites qui ressemblent en tout point aux dessins animés de mon enfance (et pas que).

La gare d’arrivée est à 15mn à pied du village que je parcours gaiement sans attendre le bus. Kibune est réputé pour ses restaurants gastronomiques situés au bord de la rivière. J’espérais déjeuner ici mais c’était sans compter qu’il n’y a QUE des restaurants gastronomiques au bord de la rivière. Comptez l’équivalent de 70 euros minimum le repas… et pas un seul supermarché à l’horizon.  Je me rabats sur des chips, un mochi et une boisson gazeuse au distributeur pour agrémenter la balade.

Passée la désillusion du repas, visite du temple shinto où tout le monde fait la queue pour aller sonner la cloche, puis je m’acquitte du droit d’entrée au départ du chemin et me lance à l’assaut de la montagne !

Ça grimpe sec sous les arbres mais le chemin est ponctué de petits sanctuaires plus charmants les uns que les autres. Les racines s’entrelacent pour former de véritables oeuvres d’art et le tout débouche sur le Kurama temple, complexe monastique avec une vue splendide sur les collines voisines ! J’arrive à temps pour me mettre à l’abri d’une grosse averse. Je flâne un peu et c’est reparti pour la descente. Ce côté là est bien aménagé  (les moins sportifs peuvent d’ailleurs accéder au temple en téléphérique ) et j’arrive rapidement sur le village de Kurama, beaucoup plus sexy que Kibune pour le coup !

Je vérifie les horaires de train et traverse le village tranquillement jusqu’à l’onsen.


Droit d’entrée, vestiaire, et petite toilette toute nue sur un tabouret en plastique avant de plonger dans le bassin d’eau chaude avec vue sur la montagne dans une jolie lumière de fin de journée. Le pied total !

Tout le monde est nu, des plus jeunes aux plus âgées dans un naturel désarçonnant. (Quel fossé culturel avec la Chine : au plus profond des plateaux tibétains, on défèque en papotant avec son voisin, mais la nudité est plus que tabou. Ici, petite musique  « eau qui coule » à disposition dans les WC pour que l’on n’entende pas, oh grand dieu, quoi que ce soit de vos petites affaires, par contre, tout le monde nu dans le bain ensemble, pas de problème ! hommes et femmes séparés quand même)

L’eau est bien chaude, un bassin d’eau froide est à proximité. Je me prélasse et papote avec quelques autres voyageuses puis, il faut bien rentrer à la maison, alors je quitte ce petit havre de paix pour attraper la navette qui me ramène à la gare.

Un petit coup de train et me revoilà à Gion. Petite incursion nocturne vers Pontocho où je finis au restaurant de sushi en mode tapis roulant. Exquis 🙂

Informations pratiques

  • Logement à Kyoto : Gojo Guest House Annex. Chambre « western style » pour mon premier séjour, à 3500JPY la chambre double, rapport qualité prix imbattable !
  • la nourriture, on continue dans la variété 🙂
  • et un petit dej home made : 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *