Août 2016 – Japon, Kyoto – Kyomizudera and co

Aujourd’hui je me recentre sur Kyoto, direction le surpeuplé Kiomizudera et ses grigris, avant de laisser glisser la journée au fil d’une balade tranquille le long du chemin de la philosophie.

J6 Kyoto – Kyomizudera et chemin de la philosophie 

Ce soir je dormirai à Nara ! Je décide toutefois de passer tranquillement la journée à Kyoto, confie mon sac à l’accueil et part direction le Kyomizudera, au bout de la rue. Me voilà emportée par le flot touristique dans une allée piétonne bordée de multiples boutiques de souvenirs et autres restaurants. 
 
 
Le complexe est très beau mais particulièrement fréquenté ! On peut acheter plein de grisgris de toute sorte pour trouver l’amour, avoir des enfants, devenir riche ! Là une pierre à toucher, ici de l’eau à verser. Pélerins et touristes se mélangent, se bousculent, les perches à selfies redoublent d’ingéniosité. Bref, j’aime bien mais il y a vraiment beaucoup de monde. 
 
 
A l’aller je flâne déjà un peu devant les magasins de poteries où des dizaines de petits bijoux sont entassés les uns sur les autres. Une présentation de brocante mais des prix de magasins d’art : 25€ la petite tasse pour les prix les plus sages !  
NB : C’est encore le début du voyage pour moi, je ne me suis pas habituée au référentiel de valeur japonais. Je repasserai à la toute fin du séjour, et ce qui me semblait insensé ne le sera plus : je craquerai :) 
 
Plus proche de la petite souris que de l’éléphant, je tournicote dans les magasins de porcelaine avec délectation mais il commence à faire faim. Comme j’ai en tête d’aller jeter un coup d’oeil au chemin de la philosophie, je décide de retenter ma chance au fameux restaurant d’Udon à côté du Gingakuji. Arrivant en horaire un peu décalé, il y a plein de place. Je m’installe confortablement et commande le plat traditionnel de la maison : des pâtes froides à glisser dans un bouillon avec plein de trucs à ajouter dedans à sa convenance. On peut tout mélanger d’un coup ou découvrir les saveurs petit à petit, en découvrant les subtilités ajoutées par chaque ingrédient. Je choisir la deuxième option bien sûr. 
Agréablement sustentée, je déambule le long du chemin et fais un petit crochet vers l’Honen In. Les temples sont fermés mais l’ensemble est d’une sérénité rafraîchissante. J’en profite pour une balade au cimetière voisin et un détour dans les hauteurs. De retour sur le bord du canal, je fonds devant une floppée de chats plus mignons les uns que les autres, et j’arrive trop tard au Nanzen Ji pour envisager la visite. 
 
 
Je rentre à pieds à l’auberge pour récupérer mon sac, à travers un Kyoto qui se prépare à la soirée. On est pas mal ici ! 
Une petite heure de train plus tard, j’arrive de nuit à Nara mais aime tout de suite cet endroit. Je traverse une galerie commerciale tranquille et des rues calmes à l’architecture traditionnelle pour rejoindre ma maison du jour.
Je ne regrette pas le “craquage” logement du séjour où je quitte le style auberge de jeunesse pour tester la guesthouse. Ce n’est pas un ryokan mais on ne doit pas être si loin. L’accueil est plus que charmant.
Bagages posés, je m’installe avec un thé pour profiter de la sérénité du lieu et enchaîne avec une petite réunion Skype car le monde continue à tourner.
Après quelques ablutions, je me déplace à pas de velours sur le plancher ciré le long du jardin zen et me glisse sur le futon perdu au milieu de ma chambre comme dans un voyage dans le temps…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *