Janvier 2019 – Un weekend dans le Jura

Alors que les beaux jours s’installent à Paris, revenons sur une période un peu plus fraîche pour parler flocons, fromage et raquettes ! 

Une envie de neige cet hiver mais sans aller trop loin… L’office du tourisme du Jura a bien fait son travail en faisant parler des blogueurs que nous aimons bien, le Jura nous séduit et en plus c’est pas loin ! A peine 2h de train pour la gare de Bourg en Bresse puis une grosse heure de voiture suffisent à se retrouver au cœur de jolis villages enneigés. Ni une ni deux, c’est parti !

Nota : rythme tranquille pour ce weekend car je sortais tout juste d’une semaine au fond lit, terrassée par un méchant virus.

J0 arrivée à Bourg en Bresse

On arrive il fait déjà nuit, notre ouicar nous attend à la sortie de la gare, on fait les formalités dans la zone résidentielle avant de filer sur l’autoroute direction les Bouchoux ! Difficile de voir la neige… inquiétude et s’il faisait trop chaud ? A l’arrivée, nous voilà rassurés, de la neige assurément il y en a ! On s’installe dans notre nid du weekend. Une petite tisane et au lit.

la vue qui nous attend depuis notre fenêtre le lendemain matin 🙂

J1 La Pesse, circuit des bisons et la croix des couloirs

Encore un peu groggy, la matinée se fait au repos. Panettone ramené de Paris au petit dej, puis direction La Pesse pour s’enquérir des joyeusetés de la région. Deux dames charmantes à l’office du tourisme nous fournissent carte et moultes conseils, des bonnes adresses pour manger, faire ses courses, leurs points de vue préférés, bref, on se dit qu’on a fait un bon choix.

le petit village de la Pesse depuis les hauteurs

Histoire de prendre des forces avant d’attaques les choses sérieuses, on commence par un déjeuner aux Tavaillons. On partage une « croûte au fromage », du pain trempé dans du vin blanc, passé au four avec des oignons, du jambon et du fromage fondu, miam !!

Ainsi repus, direction le magasin de location. Point de ski mais une paire de raquettes qu’on peut ramener quand on veut : on paiera selon la durée. On décide d’y aller mollo en choisissant comme première balade le circuit des bisons. Plus de bisons ici, l’élevage a été envoyé en Normandie après la retraite de son propriétaire mais la promenade est bien sympa. Une bonne manière de se mettre en jambe !

De retour au village 1h30 plus tard, on a encore envie de tâter de la poudreuse alors on décide de se rapprocher en voiture de la croix des couloirs. Quelques inquiétudes en chemin car la route est bien enneigée mais nos pneus 4 saisons tiennent la route. On se stationne dans le creux de vallée et entamons la montée.

Le ciel commence déjà à rosir quand on arrive en haut et la vue est splendide, sur le village des Bouchoux d’un côté et sur les contreforts des Alpes de l’autre. Et puis il n’y a personne !! On a croisé un randonneur dans la montée mais c’est tout. Un petit goût de nature sauvage qui n’est pas pour nous déplaire.

Le temps de redescendre, il fait déjà nuit quand on arrive à la voiture. On décide de finir la boucle mais c’est une mauvaise idée… une pente forte et une épingle à cheveux bien enneigée ont raison de notre tenue de route et nous voilà coincés au milieu de nulle part. Après quelques tentatives vaines, on part à la recherche d’une bonne âme. Dans l’obscurité, nous nous guidons à la lueur d’une maison éclairée au loin. Un monsieur bien du cru vient nous ouvrir. Il a la grippe mais est prêt à nous prêter main forte. Nils devant et moi à l’arrière de sa camionnette, on rejoint notre carrosse et cette force de la nature, tout grippé qu’il soit, remet la voiture dans le droit chemin, suffisamment pour nous permettre de redescendre au carrefour et faire demi-tour. Merci à vous !!

Après ces émotions, il est temps d’aller manger. C’est donc la disponibilité des restaurants qui décidera pour nous et nous finissons Chez Burdet pour un repas classique, truite d’un côté et steack de l’autre !

Home sweet home

J2 La Pesse – montée à la Borne au lion

La forme va un peu mieux qu’hier et les raquettes ont été apprivoisées alors hop, objectif le refuge du Berbois et plus si affinité.

Aujourd’hui, de la pluie est annoncée et ces prévisions météo semblent en avoir découragé plus d’un. Mais il nous en faut plus pour renoncer à un bon bol d’air frais et c’est sous un ciel un peu menaçant qu’on entame l’ascension. Bien nous a pris car ça se maintient !

Noire Combe, elle porte bien son nom !

Nous sommes assez vite en vue du refuge du Berbois alors on décide de continuer. Arrivés à la Borne au lion, cette fois c’est le sommet du crêt au merle qui ne semble pas bien loin. On avance encore un peu (sur une piste de ski de fond – c’est mal…) mais décidons au final de faire demi-tour pour être sûr d’avoir notre train de retour sans trop courir !

le crêt Chalam au loin
le crêt au Merle, à portée de raquettes !

La redescente se fait sous la neige qui devient pluie plus on se rapproche du village. On finit bien humides mais contents ! Nous espérions une bonne morbiflette pour nous réchauffer mais le Tavaillon est fermé en ce milieu d’après-midi (qui a dit qu’on était décalés ?). Nous partons donc à la découverte du café alternatif du village, j’ai nommé “le relais des skieurs” pour un repas un peu plus léger !

On s’arrête à la Fruitière sur le chemin du départ pour glisser quelques fromages du cru dans notre sac à dos, un petit stop à l’église du Bouchoux qu’on avait trouvée fort jolie depuis les hauteurs de la veille et nous voilà sur la route.

Quelques dizaines de kilomètres plus loin, on rend la voiture à son propriétaire avant de nous laissons bercer par le ronron du train.

Un peu courte mais rafraîchissante cette escapade dans le Jura !

Informations pratiques :

  • Logement : on a choisi un petit appartement airbnb au Bouchoux pour être un peu « à la maison » et échapper aux horaires de petit déjeuner (environ 60€/nuit).
  • Pour une chambre d’hôtes, je vous partage deux adresses charmantes autour de 75€/nuit avec lesquelles on a longtemps hésité :
  • Transport : depuis Paris 1h50 de train pour Bourg en Bresse (70€ l’aller-retour par personne en s’y prenant bien) puis 1h10 de voiture (84€ pour 2 jours sur ouicar avec des pneus 4 saisons)
  • Location des raquettes : chez Michel Sports, le standard c’est les raquettes à plaques, 16,10€ les deux jours.
  • Le forfait pour être en règle sur les pistes de raquettes : 15€ les deux jours.
  • Restaurant : un petit coup de cœur pour les Tavaillons !

Ils nous ont inspirés :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.