Puerto William et Ushuaia

Ca y est, depuis une semaine, nous sommes de retour à Paris, dans notre appart, au boulot… mais nous vous devons le récit de nos dernières aventures alors le voilà avec un peu de retard, direction Puerto William et Ushuaia 🙂

Après nos quelques 30 heures de bateau au départ de Punta Arenas, nous arrivons au milieu de la nuit à Puerto William et passons côté cama pour finir la nuit. Au petit matin nous debarquons direction el refugio del padrino ! Un lieu dont on se souviendra, sorte d auberge espagnole, quelques lits en dortoir et une ribambelle de mini tentés calees sur le petit morceau de gazon devant la maison. Cecilia gère le lieu avec un grand cœur et le règlement intérieur est proche de l opposé des règlements classiques !
Ambiance au programme, peut être un peu trop pour nous mais en échange de quelques nuits agitées où l alcool coule à flots, on participe à un melting pot assez incroyable. Un polonais qui tient son budget en se nourrissant quasi exclusivement de pain et de pâté, un français mécano bateau hors norme qui sait tout faire, est là depuis trois mois avec des semaines totalement into the Wild (il a même chassé un castor au lance pierre, fumé la viande et tané la peau!) et partage son savoir avec une gentillesse extraordinaire, un américain qui vit habituellement seul au fin fond de l Alaska, un chilien qui ne semble plus bouger d’ici et a toujours avec lui ses mini enceintes quand il ne révisite pas tous les classiques à la guitare à minuit le seul soir où ce n est pas la fiesta, des bretons en tour du monde qui savent se mettre au diapason du vino tinto de milieu de journée, bref vous voyez un peu le tableau !

Puerto William, refugio el padrino Puerto William, refugio el padrino Puerto William, refugio el padrino
Puerto William, c’est une ambiance toute particulière, une lumière, un bout du monde, un village peuplé à 80% de familles bossant pour l’armada, la fin d’une culture autochtone, un climat rude, un endroit à part. C,est aussi le micalvi, yatch club du bout du monde, passage obligé vers le cap Horn, bar le plus en vogue du village (le seul?) aménagé sur un ancien voilier qui sert de ponton d’amarrage, beaucoup de skipper français et the place to find a way out… 

Puerto William Puerto William, MicalviPuerto William, Micalvi
Enfin c est aussi le dientes de navarino, trek plutôt engagé, la majorité des voyageurs vient uniquement pour ça. Nous on l’a mis de côté pour des raisons de temps comme de vertige. On fait donc juste la balade du cerro bandera qui suis le début du trek et amène à un premier point de vue sur les dientes.

Puerto William, cerro BanderaPuerto William, cerro Bandera Puerto William, cerro Bandera
On aura passé pas mal de temps à essayer de trouver notre way out.
Pas de départ de voilier à l horizon et des annulations répétées d ushuaia boating ne sont pas pour nous rassurer. Mais la chance nous sourit et nous partons finalement en voilier (mais à moteur car le sens du courant ne nous est pas favorable) à la faveur d une accalmie de vent sur les jeunes dirigeants. Pierre Yves et Isabelle rescapent ainsi une bonne dizaine de personnes coincées depuis quelques jours. L arrivée à Ushuaia demarre par de longues formalités de douane, on partage un café/croissant aux amandes avec nos capitaines d un jour (welcome back to argentina) et il nous reste une petite journée à occuper avant notre vol retour.

 IMG_4384 IMG_4392 IMG_4417 IMG_4461 IMG_4470 IMG_4475

Direction le glacier martial voisin ou presque car quelques gouttes de pluie ont raison de notre reste de motivation pour continuer la balade après le point de vue. Mais en chemin, on profite aussi des hauteurs d’Ushuaia.

IMG_4489 IMG_4495 Ushuaia

Retour sans encombres, le stop de 2h à Buenos aires nous donne envie de pouvoir y rester quelques jours et continuer l’aventure… 

IMG_4527 IMG_4559 IMG_4561

Next time !

Infos pratiques

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *