Septembre 2016 – Japon, Kyoto – Ohara, Kinkaku-ji et alentours

Les deux derniers jours du voyage, un peu de magasinage de céramiques de Kyoto, de la quiétude à Ohara, une nuit dans un temple, des must-do comme le Kinkaku-ji, un restaurant de tempura kaiseki dans le quartier de Gion. On finit en beauté ! 

J13 Kyoto, céramiques et Ohara

Ca commence à sentir la fin du voyage. J’ai prévu de ramener quelques cadeaux et souvenirs. La finesse des céramiques vues les premiers jours continue de me trotter à l’esprit. J’y passe tranquillement la fin de matinée, fais du repérage et de premiers achats !

Après quelques hésitations je décide de filer à Ohara pour l’après-midi. Je prends un petit sac avec mes affaires pour la nuit car ce soir je dors dans un temple 🙂

Disons le tout de suite, Ohara ça a été un gros coup de coeur. Et à refaire je m’organiserais mieux pour y passer la journée. Ohara se mérite un peu, plus d’une heure de bus pour arriver à destination mais vous changez complètement d’ambiance ! C’est la campagne, des petites maisons et de jolis champs nichés dans une belle vallée. Un temple somptueux à deux pas de l’arrêt de bus et d’autres destinations prometteuses.

Je commence par prendre le temps au Sanzen-in et ses magnifiques jardin.

Puis je m’aventure jusqu’à une petite cascade en contre haut. Un peu de marche dans la forêt et une cascade, somme toute un peu décevante. A refaire, là aussi, je privilégierais une balade dans le village et la campagne avoisinante.

 

C’est du coup à la nuit tombée que j’explore le reste du village, trop tard pour m’aventurer jusqu’aux autres temples, mais juste ce qu’il faut pour manquer me perdre dans les petits chemins (il y a pourtant pleins de panneaux mais ils sont tous uniquement en japonais!).

Je rentre avec un bus, puis deux, direction mon hébergement du soir : le Daishin in au sein de l’immense complexe de Myoshin ji (accessoirement, je me suis trompée de nom de temple en descendant du bus et j’ai une petite demi heure de marche pour arriver à destination !). Je commence par rencontrer quelques difficultés pour trouver l’entrée. Il fait déjà bien nuit, un nombre invraisemblable de temples se trouvent dans le complexe et aucune indication pour guider le voyageur ! Heureusement google maps est là. Je ne serai pas la dernière car je vois quelques voyageurs arriver peu après moi, eux ils ont tourné une grosse heure avant de trouver une bonne âme pour les guider à bon port. Je ne m’en suis pas si mal sortie 🙂

Je prends mes quartiers dans cet environnement tout feutré. Je suis aux anges. Je passe à la salle de bain commune, pour une petite douche et un bain chaud. Je n’ai pas dîné mais me contenterais des quelques petits gâteaux proposés avec le thé. Je suis plus que ravie de passer ma dernière nuit japonaise ici ! (merci Franck pour l’adresse 😉 ).

J14 Kyoto, Ryoanji, Kinkakuji et cuisine kaiseki

Qui dit nuit dans un temple, dit démarrage matinal ! Je me lève pour la cérémonie du matin, où chacun se déplace à pas de velours sur ces magnifiques passerelles en bois qui circulent entre des jardins de mousse et de pierre. Cérémonie plus sobre que celle du shingon (nous sommes dans un temple zen) mais une atmosphère tout aussi profonde.


 

 

Je refais mon sac, puis rejoins la salle du petit déjeuner. On ressent un vrai cérémonial dans tous ces petits moments qui rythment la vie du temple. Le petit déjeuner est bon, quelques mets encore un peu étranges mais bons. Et l’occasion d’échanger quelques mots avec les autres résidents du moment.

Après avoir profité une dernière fois de déambuler dans ce lieu magique, je me mets en route vers les “stars” de Kyoto, j’ai nommé le Ryoanji et le Kinkaku-ji. J’ai le plaisir de traverser au petit matin le complexe du Myonshi-ji qui s’éveille puis les quartiers résidentiels avoisinnants.

J’arrive ainsi au Ryoanji peu après l’ouverture, ce qui me donne la chance de découvrir le lieu et son jardin de pierres emblématique avant la foule.

Ce ne sera pas le cas du Kinkaku-ji où la beauté du lieu est quelque peu rompue par la guerre des perches à selfies !

Je retourne dans le quartier de Gion à temps pour compléter mes courses de céramique (j’ai un peu craqué) mais surtout pour aller déjeuner au Tempura Endo que j’ai reservé il y a 2 jours. C’est un restaurant de cuisine kaiseki, comprendre cuisine gastronomique japonaise. J’ai visé un menu du midi, plus raisonnable pour le budget. Ce sera une expérience presque plus culturelle que culinaire. Ici plus qu’ailleurs, il semble exister de multiples règles implicites (probablement comme dans des restaurants chics parisiens d’ailleurs) et j’observe tout, autour de moi. Je suis installée face aux tables de cuissson et le cuisinier me guide avec bienveillance dans la dégustation (tremper dans telle poudre, commencer par tel côté…). Chaque élément fris est d’excellente qualité et la friture très fine. Chaque assiette ressemble à une oeuvre d’art abstraite. Côté gustatif, je ne regrette pas d’avoir visé plutôt un restaurant de tempura car 1. je n’avais pas encore testé les tempéras au Japon, 2. dès qu’on s’éloigne de la tempura, je trouve ça un peu bizarre (la crème de peau de tofu en entrée ne m’a pas franchement convaincue !). 

Je finis mon séjour sur cette note typiquement japonaise avant de récupérer mon sac à la guesthouse, et filer direction l’aéroport d’Osaka. J’ai le plaisir de croiser en chemin, 2 jeunes japonaises en tenue de geisha qui sont ravies d’une séance photo qui finit en selfies :).

Et pour finir, afin de ne pas repartir idiote, je testerais les boutons des WC élaborés à l’aéroport ! Un must, non ?

Un bien beau voyage en tout cas (et je ne parle pas des différentes options proposées sur la lunette des toilettes !) et une bien belle expérience. I may come back here (et peut être retenter un voyage solo ailleurs aussi 😉 ).

Informations pratiques

  • temple Daishin in : 5000Y la nuit avec petit déjeuner. Pour réserver, le mieux c’est que quelqu’un appelle pour vous ! pas de mail, et accueil peu anglophone.

  • Tempura Endo : 4000Y la formule la plus abordable à l’heure du déjeuner, ça monte à 10 000Y minimum le soir ! 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *