Mai 2018 – Népal, Maratika

Nous voilà rentrés depuis plusieurs semaines déjà d’un beau voyage himalayen printanier. 2 semaines au Népal et 10 jours au Tibet Central, rien que ça. Côté Népal, nous nous sommes quelque peu éloignés des itinéraires touristiques pour aller à Halesi (Maratika). Ça intéressera peu les touristes de passage, mais pour les autres, on va vous donner ici quelques informations pratiques !

Qu’est-ce que c’est?

S’il s’agit d’un lieu très sacré pour les bouddhistes mais aussi pour les indhous qui y viennent en nombre (et de plus en plus nombreux semble-t-il).

Vous trouverez quelques informations ici : http://maratikamonastery.org/welcome-to-maratika/

Si je traduis les premières lignes, il s’agit du lieu sacré où Guru Rinpoché et Mandarava ont atteint l’état “d’immortalité”. Il est dit que ce lieu a été béni par les trois protecteurs (Manjushri, Vajarapani et Avalokiteshvara) et que c’est un lieu de pèlerinage très important pour les pratiques de longue vie.

Le site se développe beaucoup, il y a encore quelques années de cela, il n’était pas accessible par la route. Pour autant les infrastructures ne suivent pas complètement et le développement semble se faire, comme souvent, sans réelle réflexion pour la protection du lieu. Au programme donc un sérieux étalement urbain avec les problèmes de déchets qui vont avec. Il y a à présent de l’électricité (donc le wifi aussi !)  mais ça reste aléatoire. L’alimentation en eau se fait via un village en hauteur qui a canalisé sa source et vend l’eau aux habitants. Il y a bien un projet de raccorder le village à la grande rivière de la vallée mais personne ne sait combien de temps sera nécessaire pour le mettre en place.

Comment y aller

Les shared jeep

Il existe (au moins en saison – comprendre en dehors de la mousson), des shared jeeps qui fond le trajet depuis Kathmandou. Vous les trouverez sans problème à la gare routière de Chabahil, pas très loin de Bodnath. Il est conseillé de prendre ses billets la veille et les départs se font entre 4h et 6h du matin. Prix : entre 1 100 et 1 200 roupies.

Avec le bon intermédiaire, vous pouvez aussi trouver l’équivalent qui passera vous chercher (nous sommes partis de la Bouddha gate). Prix entre 1 300 et 1 500 roupies. Je ne dis pas que ce n’est pas possible à 1 200… après c’est une question de négociation ! Ici la répartition c’est 1/4/4. Comme toujours, essayez si possible d’éviter la dernière rangée, plus étroite et plus basse de plafond…

Il faut compter environ 8h pour le trajet, hors aléas, une pause pour le petit dej et une pause pour le déjeuner. On arrive vers 14h sur place ou un peu plus tard selon le temps que vous aurez mis à récupérer tous les passagers… La route est correcte (bien que tournant beaucoup) sur le 1er tiers du trajet où l’on suit « l’autoroute » népalaise. Pour la deuxième partie, ça cahote un peu plus et ça tourne toujours autant. Un ou deux passage de rivière à gué, de belles routes sujettes à glissement de terrain, on n’a pas trop de mal à imaginer qu’en période de mousson ça devient compliqué.

 

le plan galère

On nous avait indiquer un autre plan qui semble bien plus compliqué : aller à Ratnapark en bus ou taxi, demander à se faire amener par un bus jusqu’à la sortie de la ville pour aller à Maratika-Halesi. De là, se faire amener dans un hôtel qui gère les billets de bus (env. 750 rs) pour Jayaram. De Jayaram prendre soit un bus pas cher, soit un taxi : de 2000 à 3500rs. Bon, on vous conseille de trouver les jeeps directes !

la solution “semi-deluxe”

Il est possible de privatiser un 4*4 pour quelques jours. On nous avait proposé l’aller-retour avec 5 nuits sur place pour 750$ avec 4 sièges.

la solution “deluxe”

Il est aussi possible d’y aller en hélicoptère pour les fortunés allergiques aux routes népalaises ! Une agence nous l’avait proposé à 3950 $.

Se loger sur place

Il y a pléthore de petites guesthouses qui ont l’air de pousser comme des champignons, la plupart à tendance indhou. Dans les adresses plus « bouddhistes » vous avez :

  • L’hôtel Padma – qui a l’air très bien (1000 la chambre sans salle de bain, 1500 avec), et dispose de son propre restaurant.
  • La Monastery retreat house, au-dessus du logement des moines du monastère, qui contrairement à ce qu’on pourrait croire ne dépend pas du monastère. Ils peuvent vous proposer une pension complète à prix modique. Sans négociation, ça donnait 150 roupies/repas/personne et 500 la chambre pour deux. Pour une longue durée, ils nous ont proposé 700/jour/personne tout compris. A noter qu’il n’y pas de salle de bain. Possibilité d’utiliser celle du dispensaire voisin, discussion à voir pour l’alimentation en eau.

  • La Maratika guesthouse, qui est la guesthouse officiel du monastère. C’est là qu’on vous conseillerait d’aller, ne serait-ce que parce que les bénéfices vont directement au monastère qui en a besoin ! Il y a un petit resto juste en en contrebas qui est aussi très bien. C’était 500 roupies/personne la pension complète au restaurant et 500 roupies/personne la nuit pour un séjour de longue durée dans une chambre individuelle plus ancienne avec douche commune. Compter probablement le même prix que l’hôtel Padma pour des chambres équivalentes. A noter que les prix dépendent toujours de la saison, du niveau de fréquentation, de la durée de votre séjour, etc.

Les grottes

Sur la colline principale, considérée comme “Avalokiteshvara hill”, vous ne pourrez pas rater la grotte principale et celle des 8 grands herukas qui est derrière en bas de la colline (sur la kora également).

Vous trouverez aussi notamment :

  • sur la montage d’en face, la grotte de Manjushri, aussi grotte secrète de Guru Rinpoché. On peut y accéder par un grand escalier qui démarre derrière les dernières maisons du village de ce côté là, ou par un chemin plus aérien frayé au milieu des lungta (qui lui démarre en contrehaut de la guesthouse du monastère). Et on finit par un long escalier en métal assez raide. Les petites vendeuses de butter lamp vous repéreront bien assez tôt !

  • une grotte du garuda à environ 1/2h de marche – on traverse 2 petits hameaux avant d’y arriver.

  • une grotte de tara blanche, qui serait derrière la Vajrapani Hill et que nous n’avons pas pu explorer cette fois !
  • et quelques lieux à explorer dans les environs.

Pour une prochaine fois

Une fois que vous êtes arrivés dans le coin, vous n’êtes plus si loin du Solo Khumbhu, une région pas très loin de l’Everest qui semble présager de très beaux lieux, on la met sur la liste pour une prochaine fois… il y a toujours une prochaine fois 🙂

Et je vous laisserai sur quelques impressions népalaises :


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.