Mai 2018, Tibet – Lhassa

Après le séjour au Kailash en août 2017, nous sommes retournés au Tibet au mois de mai dernier, à la suite de notre escapade népalaise. Un voyage avec une teinte toute particulière car cette fois, nous avons organisé spécifiquement le voyage pour faire découvrir les grands lieux du Tibet Central à un petit groupe qui compte sur nous :). Commençons ainsi par Lhassa !

J0 Arrivée au Tibet

Notre départ de Katmandou est retardé de plus d’une heure et on arrive en fin d’après-midi à l’aéroport de Lhassa-Gongkar. Nous filons rapidement sur Lhassa où, après un dîner dans nos quartiers habituels, on joue les sages et, le souffle court, rentrons nous coucher. C’est la première fois que nous arrivons à Lhassa sans acclimatation préalable alors on y va tranquille, repos et grandes goulées d’eau pour éviter le mal de tête. (Lhassa est à 3650m d’altitude alors il faut laisser le temps au corps de s’habituer !)

J1 Lhassa – Nethang Drolma Lakhang

En bons accompagnateurs improvisés, nous voilà partis direction l’aéroport avec guide et chauffeur, pour récupérer le reste du groupe. Tout se passe bien : pas de retard, pas d’annulation, pas de problème administratif. Nous voilà donc au complet ! On décide de modifier un peu le programme pour glisser le Nethang Drolma Lakhang sur notre route pour Lhassa et alléger une des prochaines journées. Nous avons de la chance, des pèlerins sont en train de faire redorer la statue de Tara qui est sortie de son écrin pour l’occasion. C’est un petit temple très accessible et pourtant hors des sentiers battus. Un endroit découvert l’an passé et que l’on aime beaucoup.

L’arrivée sur Lhassa se fait dans les embouteillages et c’est comme ça que l’on commence le séjour en déjeunant à 16h… Pour la fin de journée, repos ou magasinage selon la fatigue de chacun. Une première immersion sur le barkhor, découverte de l’animation des rues commerçantes alentours. On commencera les choses sérieuses le lendemain.

J2 Lhassa – Potala

La visite du Potala est prévue à 12h. On ne peut pas choisir l’horaire alors la journée va s’organiser autour de ça. Modification du programme initial : on visitera le Jokhang un autre jour. On profite tout de même du début de matinée pour un petit extra avec une visite des temples qui se trouvent derrière le Jokhang. Les pèlerins y passent notamment pour participer à la « washing ceremony » qui a lieu en continu tous les matins, sous la direction d’un lama. La file d’attente commence dehors, femmes âgées et enfants ont droit de priorité. Des groupes de 10 se succèdent autour du lama, une bumpa raccordée directement à une réserve d’eau safranée, une rigole pour évacuer l’eau, les pèlerins viennent ici pour purifier les actes passées et guérir des maladies associées.

Nous filons au Potala avec un peu d’avance car les horaires sont strictes. L’altitude rend la montée des marches difficile mais tout le monde arrive en haut. Un peu de repos avant de passer la porte principale.

A compter de ce moment-là, nous avons une heure montre en main pour faire tout le parcours. Alors on suit doctement le rythme du guide et sortons tout juste dans les temps. La descente à l’arrière du Potala est tout aussi majestueuse que la montée même si elle laisse voir à quel point l’étendue de l’urbanisation de Lhassa semble ne jamais s’arrêter…

Il est déjà tard mais le Lukhang nous tend les bras, alors on fait l’écart d’une petite visite complémentaire qui nous fait allègrement dépasser l’heure traditionnelle du déjeuner ^^.

Un peu plus loin, un self local est installé sous des tentes mais nous profitons d’être à Lhassa pour privilégier un repas aux goûts plus sûrs, direction Lhassa Kitchen. Nous reportons la visite de Ramoche à un autre jour. Il est encore nécessaire de prendre le temps de l’acclimatation avec une fin de journée tranquille.

J3 Lhassa – Jokhang – Tsurphu

Suite aux modifications de la veille, le Jokhang a été replanifié ce matin ! Il y a foule mais c’est toujours un moment important dans une visite au Tibet. Chapelles secondaires, Jowo et fin de la visite sur le toit. Les groupes de chinois sont nombreux mais les pèlerins aussi.

Il est déjà temps de prendre la route pour Tsurphu. 1h30 plus tard, on arrive à destination et sommes surpris par l’installation en cours de multiples tentes sur le chemin. On dirait une fête foraine, stands de boissons mais aussi jeux divers et variés. On commence par déjeuner au restaurant du monastère, dans son jus. Rien de bien fameux mais une bonne atmosphère locale !

Deux mâts sont en cours de préparation. De nombreux policiers sont présents. Habituellement ces mâts sont érigés pour le nouvel an mais ici ils le font à la Saga Dewa, d’où les installations croisées en chemin, en prévision des festivités qui commencent demain. Il est dit que le mât se lève tout seul à cette occasion. Nous ne serons pas là pour le voir mais on a la chance de pouvoir visiter presque toutes les salles du monastère avant de repartir en fin d’après-midi.

Nous profitons de notre dernière soirée à Lhassa, demain direction l’Est !

Infos pratiques :

  • le Dhood Gu Hotel, notre adresse récurrente à Lhassa. On avait beaucoup aimé sa déco, ses petits-dej, sa localisation et la gentillesse du staf. A cela, on peut ajouter qu’ils viennent de rénover l’hôtel et que maintenant la literie et les salles de bain sont aussi au top 🙂
  • restaurants à Lhassa :
    • Lhasa Kitchen : pas très loin de la place principale du Barkhor. Un grand escalier à monter. Une institution, c’est très grand et le menu sans fin. Une bonne adresse si vous voulez faire une pause des repas chinois/tibétains. Ici vous trouverez aussi de l’indien (curry, byrianis, nans…) , des pizzas et même des hamburgers !
    • Tibetan Family kitchen : ils ont déménagé. De la petite salle bien cachée à côte de l’agence de voyage, ils sont maintenant sur 2 étages dans un petit bâtiment non loin du barkhor. Les plats sont toujours aussi bons. Encore un escalier un peu raide à monter pour la salle principale et un supplémentaire pour accéder à la terrasse avec vue sur les toits du Jokhang. Une très bonne adresse.
    • Old tibetan kitchen : à deux pas du Dhood Gu. Ça peut devenir une bonne cantine. On vous sert d’emblée une bonne tisane et les plats sont très bons. Cuisine de plus en plus orientée chinoise mais ça reste une très bonne option.
    • Tashi 1 : testé en 2014, un plat assez original avec des petites crêpes très fines à fourrer et une grosse fréquentation locale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.