Août 2016 – Amdo, de Tarthang à Darlag

On poursuit notre périple en stop dans les régions reculées de l’Amdo. De Tarthang, on file vers Dodrupchen Gompa, revenons sur nos pas pour éviter le comté de Sertar et rejoignons Darlag via Do Gongma Gompa. 3 jours et de belles étapes !

J17 Tarthang – Dodrupchen Gompa

On profite de la matinée pour visiter le Gompa et grimper en hauteur jusqu’à un petit ermitage. Il est occupé alors on se fait discrets et partageons quelques gâteaux secs en guise de petit déjeuner face à une vue magnifique.

Arrêt à une source sacrée en redescendant, une jeune fille accompagne sa grand-mère dans les circumambulations du monastère. On pousse l’excursion presque jusqu’au bout de la ville, un chien que nous n’avons pas chassé grogne après nous. Je tente les « djo, djo » tibétains en lançant des petits cailloux. J’ai l’air un peu ridicule mais ça marche !

Minute culturelle : Tarthang Gompa est le plus grand monastère du comté de Jigdril. Il a été fondé en 1857 ou 1882 par Gyatrul Rinpoche, le 7ème « throne holder » du monastère nyingmapa de Pelyul au Kham (cf voyage septembre 2014!). Il devint rapidement la plus grande et plus influente branche de Pelyul dans toute la région de Golok et Sertal avec 1200 moines et 30 tulkus.

Après le déjeuner, Nils part acheter du coca et disparaît ! Inquiète je finis par partir à sa recherche et le retrouve juste en face en pleine conversation. Derrière le comptoir un Rinpoché du coin (rien que ça). Son monastère est un peu plus loin, il parle un très bon anglais ramené d’Inde. On enregistre nos contacts wechat. Si l’on revient, on ira lui rendre visite à son monastère !

Minute culturelle : Rinpoché est un titre honorifique signifiant « précieux » donné aux grands lamas tibétains, qui peuvent souvent être en charge d’un monastère.

Il est grand temps de reprendre la route direction Dodrupchen Gompa. On trouve rapidement une voiture pour Pema. C’est une grande ville mais on nous a dit que nous n’avions pas le droit d’y dormir. On y continue donc le stop mais sans grand succès… On essaye donc de prendre un taxi pour aller jusqu’à l’intersection qui nous intéresse mais faute de compréhension on les laisse repartir les uns après les autres. Heureusement on finit par trouver une voiture qui semble nous comprendre et nous amène un peu en sortie de ville au démarrage d’une piste en terre. Ah…..

Peu de passage, on marche un peu, et… une voiture ! Il va dans la bonne direction : c’est parti ! Il y a un beau col à passer, la route retrouve le bitume, alors ça monte, ça tourne et ça redescend dans des paysages splendides.

dscf4300

On passe un poste de police, on serpente le long d’une rivière et… on nous laisse à un nouvel embranchement. La route principale continue vers Sertar. Une petite échoppe au bord de la rivière nous permet de faire quelques provisions. Encore un peu d’attente et un dernier véhicule nous emmène et nous dépose à l’embranchement vers le monastère (que d’embranchements me direz-vous!). On finit à pieds. Le site est splendide et… un peu en travaux ! Un ouvrier nous indique qu’il n’y a pas de guesthouse mais qu’on peut camper. On décide de se rapprocher des tentes déjà installées de l’autre côté de la vallée. 

Minute culturelle : Dodrupchen Gompa, monastère de la lignée du Longchen Nyingthig, a été fondé par le second Dodrupchen, au milieu du 19ème siècle à l’emplacement d’un ancien monastère Sakya du 13ème. Il abrite notamment un collège monastique (shedra). 

dscf4313dscf4329

dscf4319

Les campeurs sont une famille de tibétains en pèlerinage ! Très accueillante, elle nous aide à trouver le bon endroit pour poser la tente et nous propose de partager leur repas. Séance photos romantiques en attendant et c’est parti pour la thukpa.

dscf433720160809_200317

Après le dîner, tout le monde s’active, se change… le jeune couple parle un peu d’anglais : ils vont voir un lama et nous proposent de nous joindre à eux. Ni une ni deux, on prend les katas (écharpe en soie blanche à présenter pour la bénédiction), quelques offrandes (on n’a pas bien compris qui on allait voir et si on allait en voir plusieurs) et c’est parti en procession au milieu de la nuit.

On toque à une porte, le lama attend dans une pièce, la petite famille présente les katas puis s’installe. Les bénédictions commencent, l’oncle de la famille, yogi à ses heures sollicite quelques transmissions de mantra, vraisemblablement pour les grand-parents qui sont aux premières loges.

dscf4340

Après une bonne heure, toute la petite troupe retourne au campement pour une bonne nuit.

J18 : Dodrupchen Gompa – Do Gongma Gompa

La famille part à l’aube. Nous prenons un peu plus notre temps et allons faire un saut au temple où un groupe de pratiquants chinois s’active. Une cérémonie de plusieurs jours pour l’anniversaire de Guru Rinpohcé doit commencer aujourd’hui. Le rinpoché du monastère est attendu vers 12h. On nous invite à petit déjeuner. C’est avec plaisir que l’on mange pain et saucisson à l’ail ! (on laisse de côté toutes ces spécialités chinoises à l’odeur si caractéristique). On visite le temple principal où les préparatifs vont bon train et partons explorer le monastère.

On revient vers l’heure du déjeuner, déclinons la fondue en cours et sortons nos pâtes lyophilisées. On se rebalade un peu de l’autre côté et revenons juste à temps pour l’arrivée du Rinpoché. On participe aux salutations puis reprenons nos sacs direction Sertar !

Arrivés à l’intersection, un taxi avec une jeune chinoise à son bord s’arrête. La jeune chinoise parle bien anglais et s’enquiert de nos projets. Elle nous déconseille formellement d’aller dans le comté de Sertar où les étrangers seraient en ce moment malvenus. Cela rejoint le retour d’un guide qui nous a aussi fortement déconseillé d’essayer d’aller à Sertar il y a 2 jours…. Grande hésitation… Eviter le comté de Sertar nous fait faire demi-tour et, si nous avions un peu abandonné l’idée de pouvoir rentrer dans Larung Gar, on avait un maigre espoir de le voir de loin et surtout d’aller à Yarlung Pemako… Après moultes hésitations, on décide de ne pas tenter le diable et repérons une route alternative sur la vieille carte du footprint : on retourne à Pema pour rejoindre Darlag via Do Gongma Gompa.

Heureusement que parfois, on ne sait pas ce qui nous attend !

Le trajet vers Pema se fait facilement. Après par contre, on a déjà beaucoup de mal à trouver l’intersection qui nous emmène au bon endroit (normal : une nouvelle route a été construite et l’intersection se trouve bien après la ville…) et là… quasiment aucune circulation. Et puis, voilà, un minivan avec 2 moines et une moto. Le moine passager passe à l’arrière avec la moto, je monte sur les genoux de Nils et nous voilà partis sur une route bien en travaux…. La nuit tombe sur un paysage splendide et l’on arrive à Do Gongma Gompa de nuit. On a décliné l’arrêt dans une ville très déprimante peu avant le monastère et nous rendons à l’évidence à l’arrivée : point de guesthouse ! Le moine finit par nous proposer de dormir chez lui. On pense monter la tente dans le jardin mais on finit dans le salon, avec une bonne portion de tsampa en guise de dîner. On ne se comprend pas du tout et, à vrai dire, on ne sait pas trop où se mettre.

Il nous escorte aussi aux toilettes… enfin à la rivière, en chassant les chiens pendant que l’on se soulage histoire d’être sûrs de tenir la nuit… Si on a une urgence, on a le droit de faire pipi dans le jardin de l’arrière cour pendant la nuit…

dscf4441

 

J19 Do Gongma Gompa – Darlag

Au petit matin, on replie rapidement nos affaires, on décline la tsampa pour ne pas trop abuser, on offre les fruits et gâteaux que nous avions avec nous, on fait une petite photo et nous voilà parti à la recherche d’une échoppe pour racheter de quoi nous sustenter ! Bonne pioche, madeleines et pomme au programme 🙂 On visite un peu les lieux, le monastère en travaux, le mur de mani entouré de toutes les représentations des chitros.

Minute culturelle : situé dans la vallée de la rivière Khyilho, Do Gongma Gompa est un monastère nyingma important fondé en 1840, branche de Katog. Il abrite notamment 4 grands stupas et une tour de 9 étages !

Dans un élan de motivation, je convaincs Nils d’essayer d’aller au lieu de naissance de Do Khyentse. Selon le footprint on est vraiment pas loin, ce serait dommage de ne pas tenter le coup. Bon… ça nous a pris une bonne heure… à part un moine qui partait dans l’autre sens et semblait comprendre de quoi on parlait, les locaux s’interpellent les uns les autres en ce qu’on devine être « tu connais Do Khyentse?, non et toi? non, attend je passe un coup de fil… » sachant que de toute manière, pas une voiture ni un taxi à l’horizon. Il semblerait bien qu’un propriétaire de voiture ait trouvé un chauffeur potentiel mais il ne nous donne pas de prix, et s’en va à notre proposition au pif – on n’a aucune idée de la distance ni de l’état de route…

Minute culturelle : il semblerait qu’une route parte de Do Gongma Gompa vers le haut de la Dochu vallée et vers Wangchen Drokgon le lieu de naissance de Do Khyentse Yeshé Dorje. Do Khyentse était un important yogi du 19ème siècle !

Bref… une heure plus tard on abandonne et on reprend la route, pour nous faire cueillir par un camion citerne. Et là… erreur de débutant… on monte dedans ! Il va à notre destination finale, c’est plutôt une bonne nouvelle, mais c’était sans compter que la route est en travaux sur la centaine de kilomètres devant nous (genre 10m de tranchée tous les 50mètres, l’horreur!). Nous allons mettre 5h, ballotés dans tous les sens à parcourir ces 100km et on arrive fourbus à Darlag, dans un festival de poussière impressionnant.

une route en bon état...
une route en bon état…
notre fidèle camion citerne !
notre fidèle camion citerne !

On se rabat vite sur l’hôtel du coin, hôtel international (censé être le seul pouvant nous accueillir). On n’a pas l’énergie de parcourir la ville à la recherche d’autre chose et on ne va pas bouder la possibilité d’une douche alors craquage : on reste là ! et on dinera de chips coca dans la chambre !

Infos pratiques

  • notre campement à Dodrupchen Gompa
  • dscf4331dscf4332
  • notre invitation à Do Gongma Gompa
  • dscf4459 dscf4457
  • logement à Darlag : 300 CNY la nuit après négociation (craquage total, rapport qualité/prix moyennement au rendez-vous mais bon, le petit déjeuner était compris^^)
  • dscf4648 dscf4652dscf4654 dscf4653
  • la nourriture en chemin
  • dscf4452dscf4645 dscf4282

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *