La Carretera Austral

Ah… la carretera austral…

Ah… la carretera austral… une route de 1200km qui part de Puerto Montt pour s’arrêter à Villa O’Higgins, des travaux titanesques démarrés dans les années 1970 et finis depuis peu, des montagnes, des forêts, des glaciers, des cascades à foison, des cyclistes soumis à rude épreuve mais imperturbables dans l’effort…
On l’a démarrée à Chaiten (soit 200km plus bas que le départ «officiel ») après avoir pris le bateau de l’île de Chiloé. Sur la route, il y a des liaisons en bus, plus ou moins régulières, à des horaires plus ou moins matinaux. On nous avait aussi prévenu qu’il pleuvrait tout le temps, qu’il y aurait du vent et qu’il ferait froid.
On a eu grand beau temps pendant presque une semaine et on est descendu en stop sauf deux petits trajets d’une demi heure pour se sortir de situations difficiles 🙂 Nous n’étions pas les seuls sur le bord de la route, beaucoup de jeunes chiliens en vacances aussi. Le stop fonctionne mais il faut savoir être patient! ça doit être beaucoup moins drôle quand il pleut mais traverser la Patagonie à l’arrière d’un pick-up, les cheveux au vent sous le soleil, j’ai trouvé ça chic 🙂 (on a aussi eu droit à des 4*4 confortables et c’est chic aussi!)

On a eu beaucoup de chance, avons rencontré des gens extrêmement gentils.
Le public qui parcoure la carretera est varié, très varié… En vrac et de manière non exhaustive, on a rencontré :
– des cyclistes au plus ou moins long court qui avancent contre vent et pluie sur le ripio
– des chiliens aisés qui viennent profiter des termes et des paysages dans de beaux 4*4
– des istraeliens en manque de verdure qui profitent de l’année de césure après le service militaire pour venir en bande (plutôt ambiance pompidup)
– des francophones en tour du monde
– de jeunes chiliens souvent à deux, en mode pouce levé/camping
– une jeune classe moyenne chilienne, pickup et camping
– des brésiliens qui sont venus jusqu’ici en voiture !
– un grand-père japonais à vélo
– des africaners en moto
– et bien sûr les gens d’ici !

On a découvert les camping couverts, très appréciables dans un pays où il pleut tout le temps (parait il), mais qui surprennent au premier abord.
Et j’ai passé une semaine à ponctuer tous nos trajets de «c’est incroyable».
On a aussi constaté une exploitation assez importante de ces terrains que l’on pensait vierges avec beaucoup de déforestation sauvage dès que l’on sort des parcs nationaux.
Au final, on a beaucoup aimé cette carretera, un peu «off the track» et on la conseille à tous les gens qu’on croise !

dans le détail

J1 : Chaiten – Puhyuapi

Premier stop, premier pickup partagé et un gentil couple de brésiliens qui finit par nous amener à destination après 2 longues heures d’attente! Un petit village hyper touristique et bondé! notre premier camping couvert !

carretera austral carretera austral carretera austral, puhyuapi

J2 : Puhyuapi – Parque National Queulat

Démarrage tardif et route fermée juste après le parc à partir de 13h et jusqu’à 17h. Autant dire qu’on s’est rapidement trouvés coincés au bord de la route. C’était sans compter la gentillesse de nos premiers conducteurs qui ont fait l’aller-retour depuis les termes pour nous déposer au parc! On découvre donc avec plaisir le Ventisquero Colgante et testons notre second camping couvert (on n’a pas testé le bus abandonné transformé en dortoir 😉 )

IMG_1446 IMG_1484 carretera austral, ventisquero colgante  

J3 : Parque National Queulat – Cohayque

on prend le bus du petit matin (6h45) direction le bosque encantado. On se perd un peu et finissons par trouver le chemin et passer de la forêt enchantée au glacier suspendu, splendide! On finit la journée une boîte de thon ouverte à la main (stop trop efficace, même pas le temps de finir de préparer les sandwichs!)

carretera austral, bosque encantado carretera austral, bosque encantado IMG_1596 

J4 : Cohayque-Puerto Rio Tranquilo

Le stop se passe tranquillement jusqu’à Villa Cerro Castillo. Puis le trafic se raréfie fortement et là, nous avons une grande chance : Emile et Michelle, en pickup, font demi-tour, mettent leur bagages à l’arrière du pick-up et nous prennent à l’avant. Ils vont jusqu’à Puerto Rio Tranquilo, notre destination, et auront même la grande gentillesse de nous garder avec eux pour les deux jours à venir !

IMG_1659 carretera austral, lago general Carrera IMG_1671

J5: Puerto Rio Tranquilo – Cochrane

Visite de cavernes de marbre le matin, sous un grand soleil, c’est très joli ! Puis, la destination initiale de Caleta Tortel se transforme en une excursion dans la vallée exploradores ! très beau et petite balade avec point de vue sur le glacier en sus. Puis direction Cochrane. Le lac General Carrera et le rio Baker nous offrent leur plus beaux bleus en chemin.

IMG_1806 IMG_1812 IMG_1877 IMG_1941 IMG_2001 IMG_2005

J6 :Cochrane – Caleta Tortel

journée pluvieuse mais on a le sentiment de s’enfoncer dans des contrées sauvages où s’accrochent les nuages. La petite Caleta Tortel semble immense et l’on passe bien 2h à déambuler sur des passerelles sans fin. Au passage, deux offices du tourisme contredisent celle de Cohayque sur les dates de passage de bus vers Villa O’Higgins (on sait que sur cette partie là, le trafic va se raréfier de plus en plus !) mais la chance nous sourie et on croise deux fançais qui nous confirment l’existence d’un bus et qui plus est d’une voiture les amenant au croisement demain !

IMG_2171 IMG_2180 IMG_2197

J7 : Caleta Tortel- Villa O’Higgins

Grace à notre rencontre de la veille, nous arrivons sans encombre au croisement. Deux chiliens ont campé là, faute de passage la veille. Nous n’avons pas de billets de bus pour le moment alors quand un pickup s’arrete pour ramasser nos deux amis chiliens, on ne prend pas de risque et les rejoignons à l’arrière du pickup direction O’Higgins ! Nous finirons donc en stop. La route est toujours aussi belle et le soleil est de la partie 🙂

IMG_2285 IMG_2378 IMG_2413

C’est la fin de la route et le départ d’un nouveau voyage direction l’Argentine, suite au prochain numéro ! 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *