Aout 2017 – Tibet, de Zanda à Lhassa, roulez jeunesse !

Maintenant que nous avons atteint le point le plus éloigné de notre périple, il est temps de penser à rentrer. La moitié du groupe a un avion dans 4 jours à Lhassa, il s’agit de ne pas le rater. Alors, après une journée d’immobilisation, nous revoilà partis à travers l’immensité des plateaux et montagnes himalayennes. L’aventure continue.

J13 Zanda – Saga

Ahhhh… le trajet Zanda/Saga. 800km tout de même. Une gageure. Dès la mise au point de l’itinéraire, cela m’avait fait tiquer mais bon, l’agence semblait sereine. Le guide l’était moins il y a deux jours mais la tournure des évènements a rendue l’étape incontournable.
A 4h du matin c’est le réveil. Notre duo de choc est parti en repérage : pas de barrage sur la première partie de la route, on peut tenter une sortie. Si l’on attend, on risque d’être bloqués jusqu’à 14h et d’arriver à destination au milieu de la nuit (du coup, on part au milieu de la nuit, l’un dans l’autre…). Montée de pression au premier check point mais tout va bien, on nous laisse passer (après un bon quart d’heure de palabres quand même).

Le jour se lève à peine alors que nous avons déjà quitté le secteur du royaume de Gugé. “Oxygen”, autrement dit pause cigarette pour nos guide et chauffeur malmenés par les évènements de la veille. Toute le monde s’extirpe du van le temps de se dégourdir les jambes avant de se recaler au chaud et replonger dans un demi sommeil.

La route est toujours aussi belle mais nous sommes tous à moitié endormis. On fait halte à Darchen pour le déjeuner (à moins que ce ne soit le petit déjeuner?) mais ne pourrons pas dire au revoir au Kailash qui se cache. Le ciel reste noyé de nuages et de pluie toute la journée.

On arrive à Saga pour le dîner. On reprend nos quartiers dans le même hôtel qu’à l’aller et ce soir, nos nouvelles comparses chinoises décident de nous inviter au restaurant pour nous remercier et goûter des spécialités de chez elles. Un moment fort sympathique et, il faut le dire, on mange extrêmement bien !

J14 Saga – Shigatse

Encore une longue étape qui nous attend. On rerentre dans la zone des travaux.

On salue des régions où nous nous sommes un peu baladés à l’aller et visitons même une petite nonnerie en chemin.

La route est de nouveau coupée. On se dégourdit les jambes avec les tibétains et quelques touristes indiens. Moment cocasse quand je vois un indien, vêtu de son parka orange fluo, partir au loin dans la prairie muni de sa chaise percée (au sens littéral du terme). Pensant être à l’abri des regards (?) il s’installe au milieu de la plaine pour faire son affaire. Je n’ai pas osé prendre de photo, pour respecter le peu d’intimité qui lui restait, mais ça m’a beaucoup fait rire.

Un peu plus loin, nous déjeunons dans un immense restaurant digne de nos plus grandes stations d’autoroute, tant pour l’ambiance que pour la qualité du repas. Nous arrivons tardivement à Shigatse. Trop tard pour faire la kora, presque trop tard pour dîner d’ailleurs. Nous posons nos sac dans le même hôtel qu’il y a 3 ans et quittons instantanément la rusticité des guesthouses. Une douche chaude, des draps propres, un lit presque moelleux. Mais après tant de beautés, cela compte-t-il vraiment? 

J16 Shigatse – Gyantse – Lhassa

Dernière grosse étape de ce périple de 3 jours de Zanda à Lhassa. Chapeau bas à notre chauffeur qui continue à enchaîner les kilomètres avec le sourire.

Nous prenons la route via Gyantse où l’on devait s’arrêter à l’aller. Le programme du jour est chargé. Le guide nous propose une visite de fabrique de tsampa (farine d’orge grillé qui, mélangée à du thé au beurre, sert de repas à bon nombre de tibétains). Nous déclinons mais pouvons quand même y jeter un coup d’oeil de loin car le guide s’y arrête pour faire quelques provisions. La meilleure tsampa du secteur semble-t-il, c’est noté ;).

NB : une pensée pour le moulin de Guédélon, ici pas besoin de reconstitution !

Gyantse s’offre alors au regard. La ville comme le monastère sont tout aussi tranquilles qu’il y a 3 ans. Je ne saurais expliquer comment ce lieu a encore échappé à la frénésie constructrice. Certes, quelques nouveaux temples sont en construction mais cela reste tout à fait raisonnable.

Gyantse GyantseOn continue via le Yamdrok lake. La montre joue contre nous. Nous n’avons pas le temps de profiter de longs arrêts mais c’est vraiment magnifique. On devine Samding Gompa au loin. Souvenir. Le village de Nangatse où nous avions dormi lors de notre dernier séjour a triplé de surface, improbable et inquiétant.

Yamdrok lake
On passe au pied de magnifiques glaciers. Il reste à choisir entre randonnée et visite du dernier monastère sur la liste. Les avis sont partagés mais la fatigue de fin de voyage a raison du glacier. On reviendra alors 🙂

Dernières vues splendides sur le Yamdrok lake avant d’entamer une descente vertigineuse sur la Yarlung Zangpo. L’eau est très haute et, alors que nous sommes censés prendre un itinéraire secondaire pour rejoindre le Nethang Drolma Lakhang, la route s’avère inondée. Tamdrin, dans un élan d’optimisme, suit les voitures qui passent sous les piliers de l’autoroute pour récupérer le chemin de l’autre côté. C’était sans compter que nous n’étions pas dans une voiture mais dans un mini-bus…

A l’approche du pont, le groupe échange quelques regards inquiets sans pour autant intervenir. Tout le monde est un peu fatigué après ces 3 jours de route à marche forcée. Et ça ne rate pas, un raclement sourd surgit : nous avons encastré le minibus dans le tablier du pont… Le chauffeur force un peu et nous voilà, grosjean comme devant, coincés dans un noman’s land entre les deux bretelles d’autoroute. Personne n’ose trop rien dire et après maintes tentatives toutes aussi rapeuses les unes que les autres, le guide se décide à dégonfler les pneus. On passe enfin, et grande chance, trouvons un petit garage au carrefour suivant. Regonflage des pneus et c’est reparti. On a envie de dire au guide de laisser tomber le monastère car il se fait déjà tard mais là, cela est devenu une question de principe : nous suivrons le programme. Nous arrivons donc juste avant la fermeture, incroyable ! Visite dans les règles, contents quand même d’être là :).

Nethang Drolma Lakhang

On apprend au passage que la route emprunté la veille a fait l’objet de violentes coulées de boues et que plusieurs bus se sont retrouvés enlisés. Des mésaventures mais de la chance, toujours !

Retour à Lhassa, un dernier dîner en groupe au Tibetan Family Kitchen, aussi bon que la première fois. Notre voyage à 7 se termine dans la joie et il nous reste encore quelques jours devant nous. Suite au prochain épisode !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *